Une méthode qui a fait ses preuves

En juillet 2016, BNI Pays de l’Adour c’est :

  • 15 groupes en fonctionnement, 5 groupes en création
  • 325 membres
  • Une moyenne de 22000€ de chiffre d’affaires par membre

 

En France, c’est :

  • 421 millions d’euros de chiffre d’affaires
  • 9550 membres
  • 381 groupes lancés

 

En 2014, le BNI dans le Monde, c’est :

  • 7,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires
  • 7024 groupes lancés
  • 180 000 membres dans le monde

 

 

Un groupe BNI est composé de 30 à 40 professionnels aux secteurs d’activité variés, non concurrents, qui souhaitent développer leur chiffre d’affaires en optimisant le bouche à oreille. Pour y parvenir, ils appliquent la méthode apportée par BNI. La méthode BNI a été créée en 1985 aux Etats-Unis par le Docteur Ivan Misner. Elle a été reprise en France 20 ans plus tard.

L’efficacité de BNI repose sur un principe simple : le « Qui donne, reçoit ». Clairement, les membres doivent être actifs dans le groupe, en apportant un maximum de recommandations, pour en recevoir en retour. Chacun participe à la force commerciale des autres membres et c’est cette réciprocité qui génère des affaires pour tous. De par leur réseau, ces nouveaux « commerciaux » élargissent le champ des prospects des différents professionnels sur des terrains que ces derniers n’auraient pas forcément imaginé.

Ces réunions de travail sont composées de différents temps forts avec des objectifs bien définis :

  • Se connaître. On ne recommande pas des personnes que l’on ne connaît pas. Des temps d’échanges, avant et après la réunion formelle, mais également des tête-à-tête effectués hors réunion, permettent de réellement découvrir nos co-membres.
  • Se former. BNI c’est avant tout une méthode et chaque semaine un temps est consacré à la formation des membres.
  • Se présenter. Toutes les semaines, chaque membre a l’occasion d’expliquer comment les autres membres peuvent le recommander efficacement et d’exprimer ses besoins en terme de développement commercial.
  • Se recommander. Pour recevoir, il faut donner. Un des moments phares de la réunion est celui des échanges de recommandations et d’opportunités d’affaires que les membres ont pu réaliser pendant la semaine.

Ainsi, au fil du temps, des échanges et des témoignages, une alchimie et une confiance s’installent naturellement entre les chefs d’entreprise. Ceux-ci apprennent alors à mieux cerner les activités de chacun pour pouvoir en parler autour d’eux, et devenir des prescripteurs efficaces